Bouaye Avance
Association Citoyenne de Gauche
Bouaye Avance Bouaye Avance

 bouton YouTubeBouton TwitterBouton facebookBouton courriel

 

En application de la loi démocratie de proximité du 27 février 2002, chaque groupe du Conseil municipal dispose d'un espace de libre expression rédigé par ses soins. Ces articles sont publiés dans Bouaye Ensemble, le bulletin d'informations municipales.

Nous avons regroupé et nous publions ci-dessous, les textes du groupe majoritaire de gauche que nous soutenons. Avant les élections du 15 mars 2020, il s'agissait du groupe Ensemble, Bouaye Avance et du maire Jacques Garreau. Aujourd'hui il s'agit du groupe Bouaye dynamique et solidaire, toujours emmené par Jacques Garreau.

 

Février 2020


Désormais correctement maîtrisée autour de 80 nouveaux logements autorisés par an depuis 2016, l’évolution démographique de notre commune a bénéficié à chacun d’entre nous.

Maisons jumelles
• Aux nouveaux Boscéens qui choisissent Bouaye pour son attractivité : scolarité possible de la maternelle au bac, présence d’une gare, proximité de Nantes et du littoral, cadre de vie préservé et services aux familles adaptés sont des éléments concourant à notre dynamisme.


• Aux acteurs économiques de la commune, artisans, commerçants, professions libérales qui ont créé de nombreux emplois sur Bouaye : + 4 % tous les ans durant 5 ans. Voilà une réalité qui permet aussi de réduire le taux de chômage sur notre commune.


• Enfin à tous les Boscéens :
- ceux qui, en souhaitant rester sur la commune, ont recherché un logement plus adapté à leur situation (séparation / vieillissement / modification des ressources…),
- ceux qui, depuis 2009, ont pu bénéficier de taux d’impôts communaux stables, une exception dans la métropole nantaise, grâce à l’apport des nouveaux contribuables,
- ceux qui utilisent les services municipaux. Ils n’ont pas été réduits suite à la forte baisse des dotations imposée par l’État grâce à leur optimisation.


Alors que certaines communes perdent des habitants et se battent pour maintenir leurs écoles, leurs commerces de proximité, et leurs emplois, ne nous laissons pas abuser par des discours basés sur la peur et une vision dangereuse pour notre avenir consistant à mettre Bouaye sous cloche ! Soyons fiers du dynamisme de Bouaye et des Boscéens !

 

Cet article vous a plu ? Partagez le ! Icone Facebook Icone Twitter

Janvier 2020


L’entreprise COLAS envisage de regrouper ses bureaux et de reconstruire une centrale de production de bitume existante à la carrière de Bouguenais par une nouvelle centrale située à l’entrée du site de l’IFSTTAR, sur Bouguenais.

La proximité du site choisi par rapport à notre commune a amené l’entreprise COLAS à présenter, cet automne, son projet aux habitants de la Maison Poitard et de la Forêt. Le nombre réduit de personnes informées ajouté au fait qu’il faille s’inscrire au préalable pour connaître le lieu des réunions d’informations ne nous semblent pas des procédés offrant la meilleure transparence et la plus grande participation.


Centrale d'enrobé
Il n’est donc pas aujourd’hui surprenant, que sans les informations que seul le porteur de projet peut apporter, certains de nos concitoyens s’interrogent sur les nuisances potentielles d’un tel projet, s’inquiètent même, et pour certains se retournent vers leurs élus pour avoir informations et protection.

C’est en ce sens que le 12 décembre, notre maire a sollicité les responsables de la COLAS pour qu’ils animent une réunion en direction des Boscéens le mardi 14 janvier, à 18h30, salle du Conseil.

En 2020, tout nouveau projet, quel que soit son impact, doit être totalement transparent pour réduire les fausses rumeurs et éviter de soulever un sentiment de peur. C’est une fois informé sérieusement que chacun peut se faire son opinion.

Enfin, notre Conseil municipal sera saisi pour donner son avis dans le cadre de la consultation réglementaire qui doit être menée prochainement par les services de la Préfecture.

 

Cet article vous a plu ? Partagez le ! Icone Facebook Icone Twitter

Décembre 2019


Là où l'on s'attendrait à voir l’État agir pour protéger les populations sur les questions de santé et d'insécurité, les moyens et la volonté ne sont pas au rendez-vous.

Deux sujets de santé publique nous interpellent localement plus particulièrement : les nuisances liées au trafic aérien et les risques associés aux traitements chimiques agricoles :

• Par sa décision de prolonger la piste de Nantes Atlantique vers le sud, l’État vient de permettre l’accroissement des nuisances sur les populations riveraines dont la santé semble moins compter que les profits du futur concessionnaire et des compagnies aériennes encouragées à s'implanter à Nantes.

• Alors que les risques pour la santé de certains traitements chimiques sont réels, à quand des mesures strictes pour interdire le glyphosate ? A quand des règles de précautions connues de tous pour permettre la cohabitation entre zone urbanisée et zone agricole lorsque celle-ci est utilisatrice de traitements chimiques ?

Traitement de la vigne

Enfin, dans un département où s'accumulent vols de véhicule et atteintes aux biens, où sont les moyens nécessaires au sein des services de prévention, des forces de police/gendarmerie et du système judicaire pour endiguer cette délinquance qui gangrène notre quotidien ?

Sur ces sujets majeurs où l'autorité de l’État doit s'exercer, nous exigeons que l’État s’engage et déploie des moyens à la hauteur des attentes légitimes des populations dont les élus locaux restent, de plus en plus, les seuls interlocuteurs présents sur le terrain pour les défendre avec des ressources limitées.

 

Cet article vous a plu ? Partagez le ! Icone Facebook Icone Twitter

Novembre 2019

 

L’action publique est parfois difficile au motif de l’absence de loi. Or les évolutions sociétales exigent une grande réactivité des élus locaux pour répondre à de nouvelles préoccupations. Afin d’accompagner, sans attendre des textes de loi et des décrets d’application, nous pensons que l’ouverture d’un dialogue efficace permet parfois d’anticiper pour adapter nos règles collectives.

Nous travaillons en ce moment sur trois dossiers qui illustrent, dans trois domaines très différents, cette volonté :

• lutter contre la maltraitance animale : nous sommes interpelés au sujet de la présence d’animaux parfois maltraités dans les petits cirques qui s’arrêtent à Bouaye. Un arrêté municipal permettant de refuser les cirques exploitant des animaux nous permettra de mettre fin localement à ces situations.

Animal de cirque

• réduire l’usage des pesticides dans les traitements de la vigne : nous sommes interpelés par une exploitation viticole de Bouaye qui souhaite organiser le dialogue avec les riverains de parcelles traitées de façon à définir et informer des mesures à prendre, en particulier en instituant une zone de non traitement.

• informer de l’usage du droit de grève dans les services enfance municipaux : de la même façon que les enseignants déclarent leur volonté de participer à une grève 48h au préalable, une négociation est engagée avec les représentants syndicaux du personnel municipal pour que ce délai de 48h soit aussi respecté afin de mieux organiser l’information et la sécurité des enfants lors des jours de grève.

 

Cet article vous a plu ? Partagez le ! Icone Facebook Icone Twitter

Octobre 2019


Alors qu’une poignée d’activistes, parfois même dissidents du COCETA de Saint-Aignan, affiche désormais sa volonté de voir se réaliser une piste transversale pour réaménager l’aéroport de Nantes Atlantique, et que le rapport rendu fin août, par les garantes de la concertation, préconise que soit argumentée la mise en oeuvre d’une « piste transversale revisitée », il est essentiel de maintenir l’unité et la mobilisation de tous les Boscéens pour réussir à faire échouer définitivement cette idée néfaste pour tous nos concitoyens.

Carte du projet

En cette rentrée, nous avons engagé plusieurs actions :


• Recrutement partagé avec la commune de Pont-Saint-Martin d’un cabinet d’avocat spécialisé pour défendre les intérêts des collectivités représentants les populations riveraines d’aéroports.
• Intervention unitaire dans la presse des maires des communes qui seraient les plus impactées par une piste transversale : Brains, Bouaye, Pont-Saint-Martin, Les Sorinières.
• Demandes d’audiences auprès de la DGAC ainsi qu’auprès de Mme Borne, Ministre de la Transition écologique et solidaire et des Transports.
• Interpellations écrites des députés et sénateurs de Loire-Atlantique ainsi que des principaux partis politiques pour qu’ils s’engagent à défendre nos territoires et ses habitants face à la menace qui pèse sur nous.

Plus que jamais, nous, élus locaux et citoyens, devons par tous moyens nous faire entendre auprès des décideurs nationaux afin qu’ils sachent que nous ne laisserons pas détruire notre cadre de vie au profit d’un développement aéroportuaire incontrôlé.

 

Cet article vous a plu ? Partagez le ! Icone Facebook Icone Twitter

Septembre 2019


Malgré les congés des juillettistes, malgré la pluie, plus de 250 Boscéens se sont rassemblés à l’Hôtel de Ville, dans la matinée du 11 juillet, pour exprimer, auprès des services de la DGAC qui tenaient permanence salle du Conseil, leur rejet total et sans ambiguïté de l’hypothèse d’un réaménagement de l’aéroport avec une piste transversale.

Avion à Nantes-Atlantique

Les Boscéens et leurs élus sont unanimes face à cette menace. Certains parce qu’ils exigent, à juste titre, le respect du vote démocratique de juin 2016 favorable au transfert à Notre-Dame-des-Landes, d’autres parce qu’ils défendent l’idée d’un transport aérien limité pour contribuer à la lutte contre le gaspillage énergétique et le réchauffement climatique. Tous refusent d’être les victimes des atermoiements et revirements de l’État sur ce dossier.

En fin de cette permanence de la DGAC, notre maire a transmis le millier d’expressions écrites qui avaient affluées en mairie les jours précédents, puis il a exposé avec conviction les positions des Boscéens face à un service de l’État peu enclin à l’écoute. Afin de faire face à toute décision néfaste pour la commune, contact a été pris avec un cabinet d’avocats prêt à porter le combat sur le plan juridique. Avant cette éventualité, deux étapes sont attendues : fin août, pour le rapport des garantes du débat public et fin octobre, pour la décision du gouvernement quant à l’option de réaménagement choisie pour Nantes Atlantique.

Plus que jamais, l’équipe municipale est soudée autour de notre maire pour vous informer et se mobiliser en cas de mauvais coup.

 

Cet article vous a plu ? Partagez le ! Icone Facebook Icone Twitter

Juillet-Août 2019


A l’orée des grandes vacances, revenons sur le bel événement du mois de mai, le Héron Voyageur 2019 qui a tenu toutes ses promesses :

Affiche du Héron voyageur

• la qualité du site dans lequel nous avons eu le plaisir d’évoluer pour la première fois. Ce nouveau lieu de festivité a été préparé pour l’occasion, avec beaucoup d’engagement, par le service espaces vert de la Ville et les services techniques qui ont su apporter solutions aux différents problèmes rencontrés.
• l’engagement des associations qui ont pris part de façon prépondérante à la construction de ce Héron et qui ont mis en valeur leur travail le jour J.
• le superbe travail de l’ensemble des écoles élémentaires de Bouaye guidé dans cette aventure par Monsieur Mouch, artiste Boscéen.
• l’ensemble des artistes qui, avec professionnalisme, ont donné le meilleur d’euxmêmes pour faire de ces deux journées, une réussite.
• « les alchimistes » de cette manifestation, nos bénévoles, menant sans couac, l’organisation et le bon déroulement de ce qui est devenu un rendez-vous attendu de nos concitoyens.

A cette belle réussite, il convenait de donner une conclusion positive pour souligner les valeurs du bien vivre ensemble. C’est pourquoi, il est proposé de consacrer symboliquement l’équivalent de l’intégralité de la recette du bar tenu par les associations, pour installer, à la Mévellière, un nouveau jeu pour les jeunes enfants qui viendra compléter celui déjà en place pour les plus grands.

Merci à vous tous pour votre présence et votre confiance.

 

Cet article vous a plu ? Partagez le ! Icone Facebook Icone Twitter

Juin 2019


Vieille idée des opposants au transfert de l’aéroport à Notre-Dame-des-Landes, depuis 2006, la création d’une nouvelle piste transversale à la piste actuelle de Nantes Atlantique revient épisodiquement. Bien que toutes les études faites jusqu’à présent, y compris par la DGAC, aient écarté ce scénario et bien que les trois médiateurs recrutés pour enterrer le projet de transfert de l’aéroport en aient rejeté l’idée dans leur rapport, l’État a décidé de soumettre cette hypothèse à une concertation dite publique (en fait sur inscription ou invitation !) menée rapidement, et en grande partie sur les vacances d’été, alors même que l’ensemble des études d’impacts environnementaux ne sont pas encore achevées.

Particulièrement impactante pour les habitants de Bouaye, Saint-Aignan et Pont-Saint-Martin, la piste transversale doit être combattue avec la plus grande vigilance. Les nuisances liées au développement du trafic aérien ont déjà fortement augmenté pour les riverains. L’augmentation du nombre de vols ne peut se poursuivre sans délocaliser l’aéroport en zone non-urbaine. Les élus majoritaires du Conseil municipal appellent tous les Boscéens à s’unir pour défendre leur environnement et leur santé.

Survol de Nantes

Venez-vous informer lundi 17 juin à 20h, à l’ensemble sportif René Gautier, et exprimer par tous les moyens à votre disposition votre refus de voir notre avenir sacrifié au profit des compagnies aériennes et des sociétés exploitantes de plateformes aéroportuaire. Il est encore temps de réagir.

 

Cet article vous a plu ? Partagez le ! Icone Facebook Icone Twitter

Mai 2016


Lors du dernier Conseil municipal, a été actée la vente pour 210 000 € du terrain de l’ancienne station d’épuration au groupe Pichet pour y construire 24 logements. Cette vente complète celle déjà opérée pour un montant de 40 000 € à un bailleur social afin de limiter les pénalités dues par la commune. Celles-ci sont appliquées, de par la loi, en cas de nombre insuffisant de logements sociaux.

A cette occasion, l’opposition municipale a exprimé sa position consistant à vouloir vendre plus cher ce terrain. C’est vite oublier que nos prédécesseurs avaient simplement rasé l’ancienne station désaffectée, sans en déconstruire les fondations, ni dépolluer les sols. Cela doit aujourd’hui se faire pour un surcoût estimé à 238 000 € à la charge du promoteur, ce qui réduit la valorisation escomptée par la commune.

Enfin, et c’est là le plus important, les règles d’urbanisme permettent de construire sur ce terrain avec rez-de-chaussée surmonté de deux étages. Plusieurs réunions de concertations organisées par la commune ont permis d’écouter les riverains et de s’accorder sur une limitation de hauteur identique aux maisons individuelles (rez-de-chaussée + un étage) avec toiture terrasse pour limiter les ombres portées.

Façade d'immeuble


C’est donc en respectant les engagements pris que la majorité municipale a accepté de vendre, au juste prix, un terrain à dépolluer et à la constructibilité réduite après concertation avec les riverains. Faut-il traduire la demande de l’opposition comme une volonté de mépriser la concertation citoyenne ou comme une agitation préélectorale ?

 

Cet article vous a plu ? Partagez le ! Icone Facebook Icone Twitter

Avril 2019


Les décisions budgétaires 2019 votées par la majorité municipale intègrent les projets de travaux programmés d’ici la fin du mandat tout en s’inscrivant dans les orientations stratégiques "BOUAYE 2030" partagées et enrichies par des contributions citoyennes.

Bien que les baisses passées des dotations d’État génèrent aujourd’hui leur effet cumulatif négatif, nous maintenons une capacité d’autofinancement qui permet de réaliser l’essentiel de nos investissements. De ce fait, notre endettement est très inférieur à celui des communes de même strate.

Monnaie


La priorisation de nos choix budgétaires se fait chaque année au regard des critères suivants :


• sécurité des équipements pour les usagers et les agents municipaux,
• adaptation et optimisation des services municipaux en conservant toujours l’accueil physique des administrés,
• mise en œuvre des 130 engagements de notre programme municipal 2014-2020,
• investissements générateurs d’économies en fonctionnement.

Alors que les finances publiques communales sont de plus en plus soumises aux aléas de décisions nationales, nous défendons le maintien, voire le développement, de nos services de proximité, en particulier dans le domaine  de l’enfance, car cela contribue à alléger le budget de tous les ménages boscéens. En maîtrisant dépenses et recettes, notre majorité a ainsi voté pour la onzième année consécutive la non augmentation de notre fiscalité communale.

Enfin, le dynamisme de notre commune nécessite de gérer de manière prospective nos finances locales pour accompagner les besoins futurs.

 

Cet article vous a plu ? Partagez le ! Icone Facebook Icone Twitter

Mars 2019


Le mouvement des Gilets jaunes porte de multiples revendications, parfois confuses et contradictoires, mais converge pour demander plus de justice sociale pour celles et ceux qui sont souvent oubliés des décisions politiques.
Il s’est accompagné de violences urbaines où s’infiltrent des manifestants radicaux qui refusent les règles de la démocratie et dont certains véhiculent toujours les idéologies nauséabondes de l’antisémitisme et du racisme.

Manifestation de gilets jaunes


Pour sortir de cette crise et de la spirale négative de la violence, il revient au gouvernement de savoir écouter et de changer de cap en traduisant les attentes exprimées dans les milliers de débats qui se déroulent partout en France depuis près de trois mois en permettant une expression libre des Français.

A Bouaye, les citoyens qui ont participé à cet exercice de démocratie participative ont souligné leur volonté de maintenir des services publics d’État efficaces et porteurs de proximité, d’humanité que la recherche d’économies par le tout numérique tend à faire disparaître. Le refus d’exclure, le besoin de mieux prendre en compte le vieillissement de la population et de répartir les contributions financières de tous de façon plus équitable ont aussi été clairement exprimés. Le compte-rendu des échanges sera fidèlement transmis.

Le président de la République et le gouvernement sont désormais attendus sur leur capacité à proposer et mettre en oeuvre des réformes fédératrices, justes et porteuses d’un avenir démocratique commun.

 

Cet article vous a plu ? Partagez le ! Icone Facebook Icone Twitter

Février 2019



S’il est impossible de résumer dans cette rubrique l’intégralité des projets municipaux 2019 tels qu’ils ont été présentés lors des voeux aux Boscéens, trois dossiers principaux mobiliseront toute notre énergie au cours de cette nouvelle année :

• Aux Ormeaux, nous ferons l’acquisition du terrain nécessaire au futur groupe scolaire et mènerons dès le 1er trimestre, dans la concertation, l’étude de programmation pour un coût de 138 000 b (terrain + étude).

• Courant mars, les travaux de réhabilitation de la place du Marché et de la rue de la Gare (1 535 000 b) débuteront par la place, ce qui impliquera une relocalisation temporaire du marché sur l’esplanade qui jouxte le lycée jusqu’à l’automne. Dans la continuité des travaux de la rue de la gare, incluant des aménagements cyclables, seront également créées de nouvelles places de stationnements automobiles d’un P+R très attendu aux abords de la gare.

Place du marché


• La valorisation du parc municipal de la Mévellière se poursuivra avec :

- le début de la mise en culture maraîchère bio pour répondre à une partie des besoins en légumes de notre restauration scolaire municipale,

- l’accueil du festival culturel Le Héron Voyageur, les 18 et 19 mai prochains,

- l’ouverture d’un second accès au nord-ouest du parc avec création de places de stationnement et d’un parcours pêche agréé familles.

Ces réalisations 2019 viendront compléter les engagements tenus ou en cours (111 sur 130, soit 85 % à ce jour) pris en 2014 dans le cadre de notre contrat avec les Boscéens.

 

Cet article vous a plu ? Partagez le ! Icone Facebook Icone Twitter

Janvier 2019


Un an après la décision du 17 janvier 2018 de renoncer au transfert de l’aéroport de Nantes Atlantique, l’État cherche toujours comment trouver un plan B. Aujourd’hui, nous savons qu’il n’existe pas d’alternative sur le site de Nantes Atlantique conciliant protection des riverains et développement aéroportuaire, comme c’était le cas à Notre-Dame-des- Landes.

En attendant, nous avons tous constaté une augmentation des avions au dessus de nos têtes. La création de l’association COCETA-Bouaye traduit la mobilisation citoyenne qui s’organise face au développement aujourd’hui sans limite du trafic à Nantes Atlantique au détriment des nuisances pour les riverains.

Histogramme du frafic aérien à Nantes


Lors de la dernière Commission Consultative de l’Environnement présidée par le Préfet, le 30 novembre dernier, le Maire de Bouaye a sollicité que des mesures de bruit soient réalisées par une station mobile stationnant plusieurs semaines sur la commune.

Nous demandons également que le Plan de Gêne Sonore (zone où une indemnisation des travaux d’insonorisation est possible) et le Plan d’Exposition au Bruit (zone où des règles d’urbanisme s’imposent) coïncident, ce qui  n’est pas le cas actuellement. Les élus de Bouaye ont également pris position au Conseil municipal du 17 décembre pour l’interdiction des vols de nuit à Nantes Atlantique.

Enfin, l’État ayant annoncé plusieurs débats publics avant l’été 2019, nous invitons nos concitoyens à se mobiliser avec les élus qui les défendent pour peser tant qu’il est temps.

 

Cet article vous a plu ? Partagez le ! Icone Facebook Icone Twitter