Décembre 2019


Là où l'on s'attendrait à voir l’État agir pour protéger les populations sur les questions de santé et d'insécurité, les moyens et la volonté ne sont pas au rendez-vous.

Deux sujets de santé publique nous interpellent localement plus particulièrement : les nuisances liées au trafic aérien et les risques associés aux traitements chimiques agricoles :

• Par sa décision de prolonger la piste de Nantes Atlantique vers le sud, l’État vient de permettre l’accroissement des nuisances sur les populations riveraines dont la santé semble moins compter que les profits du futur concessionnaire et des compagnies aériennes encouragées à s'implanter à Nantes.

• Alors que les risques pour la santé de certains traitements chimiques sont réels, à quand des mesures strictes pour interdire le glyphosate ? A quand des règles de précautions connues de tous pour permettre la cohabitation entre zone urbanisée et zone agricole lorsque celle-ci est utilisatrice de traitements chimiques ?

Traitement de la vigne

Enfin, dans un département où s'accumulent vols de véhicule et atteintes aux biens, où sont les moyens nécessaires au sein des services de prévention, des forces de police/gendarmerie et du système judicaire pour endiguer cette délinquance qui gangrène notre quotidien ?

Sur ces sujets majeurs où l'autorité de l’État doit s'exercer, nous exigeons que l’État s’engage et déploie des moyens à la hauteur des attentes légitimes des populations dont les élus locaux restent, de plus en plus, les seuls interlocuteurs présents sur le terrain pour les défendre avec des ressources limitées.